Comme beaucoup, j’ai commencé par utiliser le flash interne de mon boîtier. Loin d’être satisfait des résultats, je me suis décidé, assez rapidement, à investir dans un flash externe. Malgré quelques améliorations, les clichés obtenus étaient toujours décevants, avec en prime, la frustration de ne pas comprendre les résultats. Je démarre donc une étude sur la photo au flash. J’essaierai en quelques articles, de vous expliquer les grands principes de la chose tels que je les ai compris.

Sans réglages spécifiques, les photos au flash donnent souvent des résultats décevant: les photos produites sont, soit trop sombres, soit trop exposées, avec un premier plan souvent trop lumineux, par rapport à un second plan quasiment noir. Ce qui m’a le plus gêné, après une multitude d’essais, c’est de ne pas comprendre pourquoi j’obtienais un résultat plutôt qu’un autre, pourquoi certaines photos étaient correctes, et d’autres pas du tout. En prime, je me heurtais souvent au comportement du boîtier que je ne peux pas régler comme je le souhaite lorsqu’il est accompagné de son flash.

Lorsque j’ai commencé mes lectures, je ne soupçonnais pas l’ampleur de la tâche. L’éclairage en photo est un domaine extrêmement vaste, en constante évolution, avec une multitude de méthodes et d’approches différentes. Traiter de sujet implique de parler des flashes (de reportage, de studio, …), des techniques de diffusion de la lumière, des problématiques d’exposition, de la gestion des flashes à distance, de la balance des blancs …

Dans chacun de ces domaines, il faut tenir compte des approches de chacun: par exemple, certains sont partisans d’une utilisation entièrement manuelle, d’autres préfèrent apprivoiser les automatismes. Pour la diffusion, certains préfèrent les diffuseurs, d’autres les réflecteurs …

Au départ, je pensais faire deux articles: l’un sur les principes de base, et l’autre sur les spécificités du matériel Canon. Compte-tenu de ma progression plutôt lente, je ferai plus d’articles, et les publierai en fonction de mes progrès.

Dans ces articles, je ne parlerai que des flashes de reportage, dans le cadre d’une utilisation « quotidienne ». Je ne parlerai pas de flash de studio, ni d’autres éclairages en général, je n’ai pas de connaissances suffisantes pour cela.

Flash: diffuser / réfléchir la lumière

Pour des raisons pratiques (transport, stockage, …), les flashes de reportage sont de taille réduite. La surface émettrice est donc limitée, ce qui amène certains inconvénients: la lumière est mal répartie, plutôt dure, et les ombres sont visibles et marquées. Il existe différentes solutions pour contourner ces défauts, basées sur deux principes: la diffusion et/ou la réflexion de la lumière.

Photo au flash: 8 principes fondamentaux

Grâce à l’article précédent, nous en savons un peu plus sur le matériel et ses contraintes. Nous avons également donné quelques définitions pour mieux appréhender ce qui se cache derrière le vocabulaire technique. Tout ceci permet de mieux comprendre certaines choses, mais pas encore de faire des photos correctes avec un flash. Essayons donc d’avancer, en abordant dans cet épisode, les principes fondamentaux de la photo au flash.

Photo au flash: le matériel

Dans ce premier volet de la série sur la photo au flash, je vais commencer par présenter le matériel, et donner quelques définitions. Nous saurons donc, à la fin de cet article, comment fonctionnent ces équipements, et pourrons parler de synchro-X, synchro premier ou second rideau …
Toutes ces notions vont nous permettre de comprendre certaines de nos difficultés.